lien

Talents de P2IO : Jean-Baptiste Durrive, post-doc à l'Université de Nagoya   

Jean-Baptiste a conduit ses travaux de thèse sur la répartition de la matière baryonique dans l'univers avec Mathieu Langer à l'IAS et un financement P2IO. Il a reçu le prestigieux Springer Thesis Award. Cliquez ici pour en savoir plus.

img

Une fois n’est pas coutume, c’est par téléphone que l’interview de Jean-Baptiste a été conduite. Il faut dire que l’Université de Nagoya n’est pas précisément voisine du plateau de Saclay, cependant deux ans de post-doc au Japon à la suite de ses travaux de thèses est un « luxe » que Jean-Baptiste n’a pas envisagé une seconde de refuser. Mais commençons par le début de son parcours. Natif d’Evry, il suit rapidement sa famille à Strasbourg où il fait toute sa scolarité dans des classes internationales. C’est naturellement par le Lycée Kleber, en prépa PCSI/PC, qu’il entame ses études post-bac. Des années intenses mais de son propre aveu pas stressantes car, dans son cas, pas polarisées par les concours d’ingénieurs.

Il décline Centrale pour mieux assumer son choix de faire de la physique, et intègre le Magistère de Physique à Orsay, la « ville à la campagne » qui lui semble un compromis de vie idéal. Toute la physique fondamentale l’attire, ainsi que l’environnement international dans lequel elle se déploie. Il saisit d’ailleurs une opportunité Erasmus pour faire son M1 à l’Imperial College de Londres, avec cinq camarades de promotion. Il y apprécie les cours variés que chaque étudiant peut choisir assez librement. Puis suit un séjour de Summer Student au CERN, qui débute dans un tempo parfait à peine trois jours avant la découverte du Higgs. Retour à Orsay pour son M2 en filière NPAC, un premier stage dans le périmètre du Labex P2IO au SPhN (CEA/IRFU), puis un stage de préthèse avec Mathieu Langer, son futur encadrant de thèse à l’IAS. C’est sur un financement P2IO qu’il démarre ensuite ses travaux sur la répartition de la matière baryonique dans l’univers, en particulier sur les interconnexions d’amas de galaxie par des structures filamentaires. Jean-Baptiste s’intéresse également aux conditions d’apparition des premiers champs magnétiques, en développant un modèle de magnétogénèse fondé sur la photoionisation du milieu intergalactique par les premières étoiles, il y a environ 13 milliards d’années. Son mémoire, « Baryonic Processes in the Large Scale Structuring of the Universe », est salué par la communauté puis récompensé par le prestigieux Springer Thesis Award, lui valant une édition de ses travaux dans cette fameuse série d’ouvrages.

Désormais post-doc à Nagoya, au sein du laboratoire de cosmologie de l’université éponyme, il travaille sur l’énergie noire, une autre thématique reliée à la structuration de l’univers, tout en continuant sur son temps personnel quelques projets dans la suite de sa thèse. Mais cela sans oublier de continuer à profiter de la vie internationale, en faisant des expériences linguistiques et culinaires « surprenantes », ou en participant au fameux tournoi de football à 7 de l’université.

Son expérience de moniteur en thèse lui a confirmé qu’il appréciait autant l’enseignement que la recherche. Son objectif à moyen terme est d’intégrer une structure lui permettant de mener ces deux types d’activité, et l’Université Paris-Saclay lui semble particulièrement attractive pour cela. Il a déjà eu un avant-goût de la richesse de l’environnement, en tant qu’organisateur du séminaire des labos de la vallée. Une expérience libre et informelle pour doctorants, avec une localisation tournante entre les labos pour permettre un meilleur échange. Déjà très Paris-Saclay dans l’esprit !

 

Jean-Christophe Trama pour P2IO

 

Crédit Photographique Jean-Baptiste Durrive

 

Retrouvez l'article en pdf ici.

 

 
I--TRAMA, dépêche du 19/06/2017

 

Retour en haut