lien

Talents de P2IO : Noël Martin, prix 2016 de la thèse P2IO catégorie domaines scientifiques du LABEX   

Ce prix récompense les travaux conduits par Noël pendant sa thèse à l'IPN d'Orsay sur les modes collectifs et l'hydrodynamique dans la croûte interne des étoiles à neutrons. Cette thèse était soutenue par P2IO. cliquez ici pour en savoir plus.

imgNoël Martin est un orateur né et il l’a prouvé le 17 novembre 2016 lors de la journée 2016 du LabEx P2IO. Il y était invité à présenter ses travaux de thèses portant sur les modes collectifs et hydrodynamiques dans la croûte interne des étoiles à neutrons, ce qu’il fit avec une grande aisance.  Philippe Busson et Pierre-Olivier Lagage, directeur et co-directeur du LabEx, lui remirent ensuite le prix de la thèse P2IO dans la catégorie domaines scientifiques. Ce prix, premier du nom, récompense la meilleure thèse soutenue en 2016 au sein de P2IO dans l’un de ses 4 domaines scientifiques : symétries dans le monde subatomique, composantes sombres de l’univers et phénomènes violents, matière nucléaire fortement couplée, formation de systèmes stellaires et conditions d’émergence de la vie. Profitons-en pour rappeler qu’au sein de P2IO il existe également 3 thèmes technologiques autour des accélérateurs, de l’instrumentation et des technologies numériques, et 2 transverses, l’énergie nucléaire et la santé.

Après un rappel historique (postulat d’existence des étoiles à neutrons par Baade et Zwicky en 1934), Noël a rappelé quelques généralités sur ces objets astronomiques. Ces étoiles concentrent une à deux masses solaires dans un rayon d’une dizaine de kilomètres. Cette très haute densité est à l’origine d’une structure interne très particulière, répartie en trois strates : la croûte externe, la croûte interne et le cœur. La croûte externe correspond à un réseau cristallin de noyaux atomiques dans un gaz d’électrons relativistes, le cœur est formé d’une matière npe uniforme. La croûte interne, objet du travail de Noël, fait la transition entre les deux. Les noyaux relâchent leur excès de neutrons, formant alors un gaz baignant des agrégats de nucléons, qui pourront présenter des caractères géométriques différents en fonction de leur proximité avec le cœur : formation dite en lasagne, formation dite en spaghetti (une nouvelle preuve de l’importance de la communauté italienne en physique ?). En appliquant la QRPA à la description du gaz de neutrons supposé uniforme, Noël a prouvé que la chaleur spécifique du mode collectif dépasse BCS de plusieurs ordres de grandeur, que l’hydrodynamique est valide pour de faibles moments et énergies d’excitation et a calculé des fonctions de réponses du mode collectif au-delà de l’approximation Landau-Migdal. Ces calculs ont montré le très bon accord de la théorie de Pines et Alpar avec l'observation des glitches, et ont valu à Noël la reconnaissance de ses pairs et ce prix.

Avant de rejoindre Paris-Saclay, Noël avait suivi un parcours universitaire classique en Licence et Master de Physique à l’Université Lyon 1. C’est par l’intermédiaire d’un stage de recherche au sein de l’IPN qu’il a découvert notre environnement. Il a poursuivi en thèse, toujours avec l’IPN, en bénéficiant d’une bourse P2IO. Hébergé durant son stage en résidence étudiante sur le plateau, il a fait comme beaucoup le choix de vivre pendant sa thèse à Paris. Passionné de transports en tous genres, en particulier d’aviation et de train, il a répondu à la traditionnelle question sur le RER B, dans des termes peu élogieux, évoquant 10% de trajets « à gros pépins ». Nous avons déjà évoqué son talent d’orateur, mais Noël a aussi une fibre associative, il a en particulier présidé l’association D2I2, l’association des docteurs et doctorants des 2 infinis, un vrai réseau social et professionnel (www.d2i2.in2p3.fr). Après sa thèse, Noël enchaîne en contrat post-doctoral avec l’ENS Paris-Saclay et le CEA, en machine learning pour la physique nucléaire, le contact avec la communauté P2IO sera donc maintenu, tant mieux !

Jean-Christophe TRAMA pour P2IO.

Crédit photographique Sylvaine Pieyre, LLR

Retrouvez l'article en pdf ici

 

 
I--TRAMA, dépêche du 31/01/2017

 

Retour en haut